Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le blog de la Mairie D'Aubréville

Le blog de la Mairie D'Aubréville

Blog de la Mairie d'Aubréville, 55120

Albert Litas, un enfant d’Aubréville : Une vie trop courte et si remplie….

 

Suite à un courriel de Mr C.Collin,

voici un moment de l'histoire de notre village.   

 

 

 

 Extrait du site :http://argonnecc.centerblog.net/450-albert-litas-suite- )

"Comme je l’avais écrit , mon article sur Albert Litas a été découvert par Danièle, l’une de ses filles, elle m’avait fait parvenir deux photos que j’ai diffusées.

Cette mise à l’honneur de son papa l’a incité à écrire un texte le concernant, rappelant son parcours, un document que je vous livre intégralement.

C’est aussi un hommage à ces Françaises et Françaises qui ont œuvré dans les anciennes colonies et les anciens protectorats uniquement dans des buts humanitaires et éducatifs, à l’opposé de certains colons qui n’étaient intéressés que par le « pillage » des ressources humaines et naturelles de ces contrées.

Danièle, qui ne connait pas Aubréville, envisage d’y venir dans le courant de l’année afin de retrouver les traces de son père et de ses ancêtres Aubrévillois. "

 

 

 

Les jeunes années en France : de la Meuse à la Seine-et-Marne

 

Albert Litas est né le 20 décembre 1905 à Aubréville, dans la Meuse.

Ses parents sont Pol Eugène Litas et Adeline Clémence Gardien. Albert est le second d’une fratrie de 6 enfants, quatre garçons et deux filles. Son grand-père Nicolas Litas fut boulanger à Aubréville. (Charles Litas, son oncle, a pris la succession)

En 1911, la famille quitte Aubréville pour Lagny-sur-Marne où elle s’établit et où Pol Litas gagne durement sa vie comme journalier. Les enfants y font leurs études ; tous sont bons élèves, mais Albert est particulièrement brillant ; au prix de sacrifices et sur l’insistance de son institutrice, il se retrouvera à l’Ecole normale de Melun, sans avoir vraiment choisi cette orientation. Il en sort en 1924, est stagiaire pendant deux mois, puis il passe le concours de l’École militaire de Saint-Cyr.

Il participe à la campagne du Rif puis reprend son métier d’instituteur et occupe des postes à Massy, Crouy-sur-Ourcq , Villeparisis , Chelles.

En juillet 1928 il fait sa demande de mutation pour le Maroc. Il a à cœur de rembourser ses parents des frais occasionnés par ses études. Les salaires au Maroc, dans l’enseignement, sont majorés du tiers.

LE MAROC

TAROUDANT : années scolaires 1928/29, 1929/30, 1930/31.

Son premier poste est à Taroudant dans une école professionnelle (ferronnerie et menuiserie).

Il met sur pied la section agricole avec un jardin scolaire et pendant les trois ans passés à Taroudant il ne prendra pas de vacances, assurant l’entretien du jardin. Son initiative est appréciée de ses supérieurs. Il se fait remarquer, reçoit des encouragements et une lettre de félicitations.

Ce petit projet de Taroudant sera suivi de deux autres, de plus en plus importants : Aïn-Leuh puis, plus tard, Béni-Mellal.

RABAT : année scolaire 1931/32

Au terme de ces trois années passées à Taroudant, Albert se voit proposer une année de formation à l’École normale de Rabat pour une spécialisation en enseignement musulman. Il y étudie ainsi l’arabe et le berbère.

C’est à Rabat qu’Albert rencontre Julia Maturier, qui entre en 4ième année d’Ecole Normale dans la section féminine nouvellement créée et qui ne compte que 5 Normaliennes.

C’est au terme de cette année qu’Albert demande Julia Maturier en mariage, et tous deux se retrouveront l’année suivante à Port-Lyautey (actuellement Kenitra) où la famille de Julia est établie depuis 1916.

PORT-LYAUTEY : année scolaire 1932/33

Cette année est très riche en évènements : premier poste pour Julia tandis qu’Albert est dans une école professionnelle, mariage le 6 avril 1933, voyage de noce dans le Sud marocain et autour de Taroudant, voyage en France pendant l’ été 1933.

Au retour de France un poste « double » d’enseignants les attend à Aïn-Leuh, dans le Moyen Atlas, en pays berbère.

AÏN-LEUH : de l’année scolaire 1933/34 à l’année scolaire 1940/41.

C’est dans cette période que naîtront les trois premières filles du couple.

C’est au cours des cinq premières années que se met en place le projet de ferme école.

Cette réalisation fait l’objet d’une monographie, « L’école berbère d’Aïn-Leuh », publiée en 1938 dans le « Bulletin de l’Enseignement public du Maroc », nov.-déc. 1938.

C’est là aussi que la guerre le surprend. Il est mobilisé dès le mois de novembre puis, en mai, il quitte Aïn-Leuh pour Mezdou où il finit Commandant en chef du 241 Goum. L’armistice signé le 22 juin, Albert ne retrouve Aïn-Leuh que fin août 1940.

Pendant son absence, c’est Julia, son épouse qui l’a remplacé à la tête de l’école, comme elle le fera plus tard, assurant la continuité de son travail.

 

BENI-MELLAL : de l’année scolaire 1941/42 à l’année scolaire 1943/44. La guerre.

 

Béni-Mellal devait apporter à Albert Litas l’opportunité d’un projet de grande envergure :

 

L’orientation de tout un secteur scolaire vers l’agriculture avec des ambitions audacieuses malgré ces temps de pénurie.

 

Année scolaire 1941/42 : Ce sera la dernière année d’enseignement d’Albert Litas.

 

C’est l’année où naît sa quatrième fille.

 

C’est l’année où il met en perspective son projet d’enseignement rural, en en implantant dès le départ le théâtre des différentes actions : l’école du centre, premier noyau à étoffer, les écoles satellites, l’école de filles, la ferme école avec internat et prolongement des études par un cours complémentaire et, pourquoi pas plus tard, une Ecole normale à vocation agricole ….

 

 

 

Les deux années suivantes sont prises par la guerre : il s’engage le 8 novembre dans les Goums, une semaine après le débarquement des Américains sur les côtes marocaines.

 

Ce sera la campagne de Tunisie (au cours de laquelle il est promu capitaine) de janvier à mai 1943, puis les dernières vacances passées en famille à Méhedia, plage de Port-Lyautey et, en septembre, le nouveau départ sur le front : la Corse, l’Île d’ Elbe, où il est décoré de la Légion d’honneur, puis le débarquement en Provence et la bataille d’Aubagne où il perd la vie le 24 août.

 

Dans la confusion et la dureté des combats, la triste nouvelle de son décès ne parvient que le 10 septembre. Dès le 10 octobre, à Béni-Mellal, une "rue du Capitaine Litas"est inaugurée, celle qui passe devant l’école du Centre.

 

En juin 1947, au cours d’une cérémonie d’adieu à Julia Litas qui avait mis son point d’honneur à assurer la direction du secteur scolaire jusqu’au terme de la réalisation des projets de son mari, la ferme école prend le nom de Ferme école Albert Litas.

 

Le petit projet spontané de jardin scolaire de Taroudant, celui plus élaboré de ferme école d’Aïn-Leuh et celui ébauché de Béni-Mellal constituent les maillons d’une même chaîne, dont le point de départ était le jardin familial, et les savoirs que le grand-père Litas avait inculqués à ses enfants, son amour de la terre qu’il avait su leur transmettre, sa rigueur, son exigence, tout autant que l’enseignement dispensé à cette époque dans les zones rurales.

 

Si l’on peut dire qu’un homme est façonné par son terroir, c'est bien le cas d’Albert Litas, qui l’a été par ses origines lorraines, par ses origines terriennes d’un village tourné vers l’arboriculture, ainsi que par les valeurs morales et de travail inculquées par l’exemple de son père.

 

En 1956, Julia Litas et ses enfants rentrent en France, dans la région de Nice, ville natale de Julia.

 

Avec l’indépendance du Maroc, la ferme école ALBERT LITAS perd son nom et sa vocation agricole. Actuellement c’est un lycée mixte, le lycée Moha o Hammo, du nom d’un résistant à la pénétration française dans la région.

 

 

 

Documents pouvant être consultés sur Internet :

 

( http://www.ordredelaliberation.fr/fr_compagnon/611.html )

 

( http://fr.wikipedia.org/wiki/Aubr%C3%A9ville )

 

 

Le discours de M. Guillermont, dernier directeur de la Ferme École.

 

Le site du Musée des Compagnons de la Libération.

 

Une galerie de photos scolaires obtenue en tapant sur internet les mots clefs ferme école Béni-Mellal 

 

 

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article